RERS de Landivisiau

Réseau d'Echanges Réciproques de Savoirs
Activités "jardin du partage" Revue de presse

Inauguration du Jardin de Kervanous

La semaine dernière a eu lieu l’inauguration du « Jardin de Kervanous » qui sera géré par le RERS, le Secours catholique et les Restos du coeur. Cette inauguration a fait l’objet d’un article dans le Télégramme:

Jardin de Kervanous. Premiers pas d’un projet prometteur

inauguration du jardin de kervanous
A partir de la droite: Yvonne Simon et Maria Rolland pour le RERS ; André Rannou pour les Restos du coeur et Yvan Madec, responsable du Centre Leclerc.

Samedi 16 mars, une convention a été signée pour le jardin partagé interassociatif, le Jardin Kervanous. Un projet fédérateur qui ambitionne de devenir un lieu de production mais aussi d’échanges.

Le samedi 16 mars, au « Jardin de Kervanous », jardin partagé interassociatif, devant un parterre d’invités, les différents responsables fondateurs, le Réseau d’Échanges réciproques de savoirs (RERS), le Secours catholique et les Restos du coeur, ont officialisé la signature de la convention qui accompagne ce projet fédérateur.

Yvonne Simon, s’exprimant au nom du RERS, citant Saint-Exupéry a donné le ton en affirmant que « La terre nous apprend plus long sur nous que tous les livres, parce qu’elle nous résiste. L’homme se découvre quand il se mesure à l’obstacle ». Elle a ensuite rappelé les différentes occasions de partage vécues par le réseau (avec les enfants des classes Ulis, avec les migrants) et le constat, à l’heure de la cueillette, que le jardinet de 250 m² de la rue de Streat Veur ne suffisait plus. La rencontre avec Yvan Madec a permis à deux projets de se rencontrer, complices et complémentaires, associant les Restos du cœur, le Secours catholique et bientôt le Secours populaire, dans un esprit de partage de savoirs et de vivre ensemble.

Installation d’un cabanon pour des rencontres et ateliers

Yvan Madec, pour la SAS Landi Distribution, lui a répondu : « Depuis 2013, avec la disparition progressive de la vente de produits phytosanitaires, l’idée avait germé chez moi de monter un projet de jardin en culture bio, à proximité de mon magasin. Depuis, elle a cheminé et ensemble nous avons l’ambition de faire de ce jardin un lieu de production mais aussi d’échanges avec, prochainement, l’installation d’un cabanon pour des rencontres et des ateliers. Depuis l’automne, plusieurs personnes ont déjà beaucoup travaillé pour préparer la mise en culture cette année, et, la terre est très prometteuse ».

« Une grande richesse pour le territoire »

André Le Fur, responsable du Secours catholique a alors ajouté : « Ce projet constitue une grande richesse pour le territoire. Il ne demande qu’à se développer pour permettre aux plus démunis de trouver une place et une meilleure intégration ». « Nous avions l’exemple du jardin de Saint-Pol-de-Léon et nous en rêvions également. Après plusieurs mois de cheminement, les projets se sont rencontrés pour aboutir aujourd’hui à la signature de cette convention, premier pas vers d’autres rapprochements avec des associations en phase avec la protection de l’environnement et de la biodiversité, mais aussi avec les écoles », a conclu André Rannou, représentant des Restos du coeur.

source: Article original du Télégramme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.